FONCIASCOPE 2015 « Le climat de l’immobilier » – 1ère vague

logo_FONCIA

ETUDE

logo_bva

Des Français toujours plus optimistes par rapport au marché de l’immobilier.

Pour 56 % des Français, l’année à venir sera une bonne période pour investir ; seuls 45% partageaient cette idée 10 mois auparavant, soit une progression régulière au fil des mois (+11 points).

Notons toutefois que si les Français sont une majorité à se dire optimistes, leur optimisme reste relatif : seuls 13% se montrent tout à fait optimistes quand 43% s’estiment plutôt optimistes.

Cette amélioration résulte d’une meilleure perception des Français à l’égard de l’ensemble des facteurs décisifs en matière d’investissement (une tendance observée fin 2014, qui se confirme cette année).

Le coût du crédit et le nombre de biens immobiliers sur le marché restent les leviers jugés les plus favorables aujourd’hui en matière d’investissement immobilier, l’évaluation positive de ces deux éléments progresse d’ailleurs de 5 points par rapport à fin 2014, passant respectivement de 71% à 76% et de 65% à 70% d’opinions favorables.

Avec une progression de 10 points d’opinions favorables, la baisse des prix au m² devient un critère de plus en plus déterminant en matière d’investissement immobilier (60% contre 50% en décembre 2014).

Même si les Français restent une majorité à estimer que la facilité à obtenir un crédit et la politique fiscale constituent encore des freins à un éventuel investissement immobilier (respectivement 53% et 58% d’opinions défavorables), les perceptions positives évoluent nettement par rapport à fin 2014 en gagnant respectivement 8 et 11 points (46% et 42% d’opinions favorables contre 38% et 31% en décembre 2014).

Comparativement à 2014, les Français se montrent légèrement plus optimistes concernant leur situation personnelle.

Par rapport aux 3 mesures réalisées en 2014, on observe une nette amélioration de la perception des Français à l’égard des coûts liés au logement. Si pendant près de 6 mois, les Français étaient deux tiers à estimer que ces coûts allaient augmenter, ils ne sont désormais plus qu’un sur deux à envisager une hausse (52%). Pour autant, ce résultat est avant tout compensé par une progression de l’idée selon laquelle les coûts vont rester stables (36% contre 27% en décembre 2014), la proportion de Français affirmant qu’ils vont diminuer reste marginale (12%).

Ce changement de perception s’inscrit dans un optimisme plus global puisque les Français sont moins nombreux qu’en 2014 à envisager une dégradation de leur situation financière. En effet, un tiers estime que sa situation financière va se dégrader au cours des 12 prochains mois, contre 44% en décembre 2014 et 49% en automne 2014). Néanmoins, si les Français tendent à se montrer moins pessimistes vis-à-vis de leur situation financière, ils sont presque aussi peu nombreux que lors des précédentes mesures à penser que celle-ci s’améliorera dans l’année à venir (18%, contre 16% en décembre 2014 et 15% en automne 2014).

Les ménages ont donc tendance à anticiper une stabilisation de leur situation financière, qui ne laisse pas présager, pour autant, de futurs projets immobiliers.

Bien qu’ils aient une vision globalement plus positive du marché de l’immobilier, les Français restent peu disposés à envisager la réalisation d’un projet immobilier à court terme. Ils ne sont que 14% à déclarer vouloir acheter ou louer un nouveau logement, et moins de 10% à envisager de vendre leur logement (7%) ou un logement actuellement mis en location (5%), ou à vouloir acheter un logement pour le louer (7%).