FONCIASCOPE 2015  » La négociation du prêt immobilier » – 1ère vague

logo_FONCIA

ETUDE

logo_bva

Plus de la moitié des Français déclare avoir déjà contracté un emprunt immobilier auprès d’une banque (57%).

Cette part est significativement plus importante chez les hommes (63%) et chez les personnes âgées de 65 ans et plus (82%). A noter que si les propriétaires sont les premiers concernés (80%), une part non négligeable d’entre eux n’a jamais contracté d’emprunt immobilier en vue d’acquérir son bien (20%).

Parmi les souscripteurs d’un prêt immobilier, 55% ont fini de le rembourser (soit 31% des Français) et 45% ont toujours des mensualités à honorer (soit 26% des Français).

Pour réduire le coût de leur emprunt, deux tiers des Français concernés ont déjà cherché à renégocier le taux de leur emprunt ou envisagent de le faire (66%).

51% des emprunteurs ont déjà cherché à renégocier leur taux d’intérêt. Alors que pour 30% de ces derniers, la renégociation fut un succès puisqu’ils ont obtenu la baisse de taux souhaitée, 12% ont obtenu moins que ce qu’ils escomptaient et 9% se sont vus opposer un refus catégorique de la part de leur banquier.

Par ailleurs, 15% des emprunteurs n’ont pas encore « sauté le pas » mais envisagent de le faire. Cette volonté est plus marquée auprès des jeunes (30%) et des cadres (26%).

A cette première catégorie d’emprunteurs s’oppose une seconde : les Français n’ayant jamais cherché ou n’envisageant pas de renégocier leur prêt immobilier.

32% des emprunteurs déclarent ne pas souhaiter (ou n’avoir jamais souhaité pour ceux ayant terminé de rembourser leur prêt) entrer en contact avec leur banque pour espérer une baisse de taux. Ils sont naturellement plus nombreux parmi les personnes ayant fini de rembourser leurs échéances (43%).

S’ils expliquent d’abord ce choix par une renégociation qu’ils jugent a priori trop compliquée (22%), leur choix s’avère également motivé par un certain fatalisme puisque 10% estiment que la renégociation aboutira à un refus.